La phytoépuration en autoconstruction

La phytoépuration est un procédé d’assainissement de jardin très apprécié, car il est à la fois économique et écologique. Elle valorise l’esthétique de votre extérieur et vous permet également de gérer les eaux usées issues de votre maison. Pour ce faire, beaucoup sont ceux qui craignent d’opter pour l’autoconstruction. Pour éloigner les doutes, voici ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Tous les devis d’entreprise pour un assainissement

Les avantages de la phytoépuration en autoconstruction

Également appelée épuration par filtres plantés, la phytoépuration est un dispositif qui présente de nombreux avantages. À la base, il consiste à épurer les eaux usées grâce à un système de substruction, essentiellement par du gravier ou du sable. Ensuite sont utilisées des plantes aquatiques qui ont pour rôle de filtrer et d’oxygéner ces mêmes eaux usées. La phytoépuration joue deux rôles importants : épurer votre jardin et assainir votre habitation, sans oublier de prendre en charge votre évacuation d’eau et d’entretenir votre jardin.

Pour mettre en place un système d’assainissement, faire appel à un professionnel est très courant. Pourtant, le fait de construire soi-même reste une alternative bien pratique et plus intéressante. Cette option vous donne une longueur d’avance sur le prix de la phytoépuration et et vous évite de monétiser la main-d’œuvre ainsi que les frais de déplacement. Et contrairement à ce que beaucoup le pensent, les actions à entreprendre ne sont en aucun cas compliquées.

D’autre part, il existe aujourd’hui des kits de phytoépuration qui facilitent davantage les travaux, même s’il faut évidemment quelques études au préalable pour déterminer différentes caractéristiques en référence aux conditions de faisabilité. Si vous optez pour l’autoconstruction, il vous suffit de solliciter les services d’un technicien agréé pour faire les évaluations. Ce dernier déterminera ainsi quelles plantes utiliser, quel substrat choisir ou encore quel type de récipient acheter en fonction de la taille de votre jardin, de la quantité et du type d’eaux à évacuer ou encore de l’espèce plantaire qui conviendrait à votre dispositif.

Des devis gratuits pour un assainissement

Quelles plantes choisir pour une phytoépuration en autoconstruction ?

Les plantes utilisées dans le cadre de la phytoépuration sont des plantes qui détiennent les qualités requises pour filtrer et traiter l’eau comme il se doit. Principalement, ce sont les plantes macrophytes qui proviennent des terres naturellement humides à l’exemple d’une station d’épuration par les roseaux. Il peut s’agir de plantes supérieures, d’algues ou de plantes végétales non ligneuses émergentes. Le choix des plantes est crucial, car celles-ci doivent convenir à leur contexte de culture pour pouvoir jouer leur rôle convenablement. Voici une liste non exhaustive des espèces les plus recourues en matière de phytoépuration :

  • Iris,
  • Massettes,
  • Joncs,
  • Roseaux,
  • Scripes,
  • Laîches,
  • Jacinthe d’eau,
  • Nénuphar jaune,
  • Riz sauvage,
  • Arum de virginie, etc.

Plusieurs artisans vous livrent des devis pour un assainissement

Comment procéder pour mettre en œuvre une phytoépuration en autoconstruction ?

Voici les étapes incontournables par lesquelles vous devez passer pour autoconstruire la phytoépuration.

La préparation

Vous êtes tenus de parfaitement maîtriser les actions que vous allez mener pour ériger votre système de phytoépuration. Vous devez être pointilleux au niveau de la préparation. Ceci pour vous éviter de devoir passer par une tierce personne avant même que vous parveniez à achever les réalisations. Appropriez-vous le mécanisme pour que tout avance facilement. Par ailleurs, renseignez-vous auprès de votre commune, car une déclaration doit y être déposée pour valider votre recours. Ceci pour attester que votre dispositif ne contamine pas les eaux du voisinage.

Le montage

Par principe et suivant le schéma de phytoépuration, vous devez mettre en place un grand bassin filtre étanche fait en béton ou en argile et recouvert de chaux. Le premier niveau sera composé de graviers ou de sables, selon le type de sol qui constitue votre jardin. Il se chargera de prétraiter les eaux usées pour qu’ensuite le substrat commence à les filtrer. Dedans seront plantées les plantes épurantes et ce sont les bactéries des plantes qui feront véritablement la première épuration en se nourrissant de ces eaux. Par la même occasion, les plantes entretiennent le substrat en l’aérant. Les eaux traitées sont ensuite rejetées. Vous devez donc penser au fossé de réception.

L’entretien

Tâchez de vérifier régulièrement les fosses et pensez à faire de la vidange autant que possible. Contrôlez également les rejets. Et comme toute plante, même si elles se nourrissent généralement grâce à l’épuration, nettoyez-les de temps à autre et entretenez-les comme il le faut.