Tout connaître sur l'assainissement

La définition de l’assainissement désigne l’ensemble des actions de collecte, de traitement et d’évacuation des déchets liquides et solides. En d’autres termes, rendre saines les eaux usées d’un logement pour faire disparaître les causes de pollution ou d’insalubrité. Telle est la vraie définition de l’assainissement d’eau. C’est directement lié à la santé publique pour la prévention des maladies comme la diarrhée.

Devis d’entreprises gratuits pour un assainissement

Les différents types d’assainissement

L’action d’assainir se présente sous deux formes principales. D’un côté, il y a ce qu’on appelle assainissement collectif. En principe, les déchets liquides sont collectés par un réseau de canalisation pour ensuite être conduits vers une station d’épuration et faire l’objet d’un traitement. Pour ce qui est des déchets solides, ils sont collectés par camions, puis conduits vers un centre de tri ou un centre de traitement des déchets solides. Ces derniers feront l’objet d’un tri, d’un recyclage ou d’incinération.

D’un autre côté, il y a ce qu’on appelle l’assainissement non collectif ou individuel. Ce type d’assainissement se trouve souvent au sein d’un bâtiment qui possède son propre système de collecte et de traitement. Il s’agit notamment des :

  • Fosses septiques,
  • Petites stations d’épuration compactes,
  • Composteurs,
  • Biodigesteurs ménagers, etc.

Devis d’entreprises gratuits pour un assainissement

Comment se déroule l’assainissement d’eaux usées ?

En général, l’assainissement des eaux usées se déroule sur 3 phases bien distinctes.

Phase 1 : le prétraitement ou décantation

Avant la phase d’épuration, les eaux insalubres doivent subir une décantation. En d’autres termes, les matières solides rejoignent le fond pour former les boues, tandis que les matières liquides, qui sont essentiellement des graisses, flottent à la surface pour former le chapeau. La phase de prétraitement est en général réalisée par la fosse septique ou fosse de décantation. Le bon fonctionnement de cette dernière dépend de son étanchéité et de son volume suffisant. Certes, le volume minimum recommandé est de 600 litres/EH.

Phase 2 : le traitement des eaux usées

Durant cette phase, il faut savoir faire la différence entre les dispositifs extensifs et intensifs. Le premier regroupe les systèmes d’épuration selon le principe de traitement naturel, c’est-à-dire un traitement via filtre planté, lieu humide reconstitué et autres. En gros, il ne nécessite aucune intervention mécanique.

Quant aux dispositifs intensifs, il s’agit d’un système d’épuration utilisant un traitement mécanique et oxygénation. Pour cela, on distingue différentes techniques, à savoir :

  • Les systèmes à biomasses fixées sur des supports fixes ou mobiles,
  • Les systèmes à boue activés,
  • Les systèmes à biodisques.

Phase 3 : la décantation secondaire des eaux

La plupart des systèmes d’assainissement se complètent en général par une phase de décantation secondaire. À ce niveau, on trouve une recirculation ou une reprise de boues décantées par pompe ou encore « airlift » avec retour de celle-ci vers le décanteur primaire. Cette phase est similaire à la première phase ou phase de prétraitement.

Devis d’entreprises gratuits pour un assainissement

Comment faire l’installation d’un système d’assainissement non collectif ?

Avant tout, sachez que le traitement des eaux usées est obligatoire. Toute maison non raccordée à l’assainissement collectif doit disposer d’un système autonome. Dans ce cas, vous devez contacter le service public d’assainissement non collectif ou SPANC de votre commune. Celui-ci sera en mesure de vous recommander une entreprise spécialisée pour étudier votre terrain. Cette étude a pour objectif de déterminer quelle filière d’assainissement non collectif utiliser. Pour cela, vous avez le choix entre plusieurs solutions, à savoir :

  • L’épandage souterrain qui est composé d’une fosse septique toutes eaux permettant de recueillir les eaux-vannes et les eaux ménagères. Cela étant afin de retenir les déchets solides et liquéfier les matières polluantes. Les eaux, quant à elles, sont évacuées vers un épandage souterrain.
  • La microstation qui traite les effluents via un apport d’oxygène permettant le développement de bactéries qui filtrent les eaux.
  • Les massifs filtrants : les eaux usées circulent dans une fosse septique avant d’atterrir dans un massif composé de différentes couches de matériaux en vrac ou en sacs comme la laine de roche, la zéolite, la pouzzolane, etc.

Vous pouvez vous rapprocher d’un professionnel en assainissement pour connaître les tarifs appliqués pour les travaux.